PODCAST

French Connection : Marseille, Montréal, New York

Des années 1950 aux années 1970 s'est opéré un gigantesque trafic d'héroïne entre la France et les États-Unis ayant Montréal comme plaque tournante. L'alliance de diverses organisations criminelles et d'un nombre incroyable de trafiquants français, canadiens et américains avait alors permis de mettre en place le plus important trafic de drogue jamais réalisé pour l'époque, un réseau mythique aujourd'hui connu sous le nom de la French Connection. Stéphane Berthomet retrace dans ce balado l'histoire de ce réseau et met en lumière les rôles méconnus qu'y ont joués Montréal et certains Québécois.

French Connection : Marseille, Montréal, New York

Episodes

You can listen episodes under the area!


Une chasse à l’homme d’envergure est enclenchée pour retrouver l’évadé Lucien Rivard. La machine du clan Cotroni commence à s’amenuiser, en partie grâce au travail du journaliste Jean-Pierre Charbonneau. À Marseille, la relation d’affaires entre le clan mafieux des frères Guérini et l’ex-policier Robert Blémant prend une tournure sanglante.





À la fin des années 1960, le chanteur Edmond Taillet permet à la pègre marseillaise de trafiquer des kilos de drogue dans les instruments de musiciens invités à Montréal. Mais l’étau se resserre sur de nombreux caïds. Lucien Rivard, qui engrange les millions depuis des années, n’y échappe pas. Très influent, il n’a toutefois pas dit son dernier mot.





Pour faire passer encore plus d’héroïne aux États-Unis, la French Connection multiplie les points d’entrée. Elle négocie avec le gangster Lucien Rivard, qui se démarque en tissant un solide réseau de contacts, au Québec et à Cuba. Le Français Doudou Rimbaud en impose au sein du réseau de trafiquants, mais les autorités américaines l’ont à l’œil.





Pendant plus de 20 ans, les truands de la French Connection ont amassé des fortunes colossales, selon l’ex-trafiquant marseillais Milou Diaz. Tout ça grâce au concours de mafieux basés à Montréal. L’ex-journaliste Jean-Pierre Charbonneau rappelle que le clan Cotroni était essentiel dans le transfert d’héroïne de Marseille vers New York.